What Was Everyday Life Like in the USSR?
With the American historian Roger Keeran: what was everyday life like in a non-capitalist society, in this case, the USSR?

Article from  http://jeunescommunistes-paris15.over-blog.com

Last Thursday the Young Communist League (15th Arrondissement, Paris) organized its first movie night since September. "Living in Rostov" is a documentary made by the French Communist Party in the 1970s. Neither a caricature nor Manichaeism, it is a remarkable record of the conditions of Soviet life.

The YCL was surprised and honored to host the historian Roger Keeran to dissect it.

To spend time on a documentary on the USSR from the Brezhnev era -- here, in France, in 2014? Is it nostalgia, or folklore? Not at all! In this capitalist society here in Paris people have seen exorbitant rents the debts that crush us, the education sacrificed, women's rights violated, layoffs.

What a surprise for the twenty young people present - a third of whom came for the first time - to see that these issues did not arise in the USSR, that the Soviets, not without contradictions, had access to another freedom than that which we know here.

in 1974, "To Live in Rostov" was to live in an industrial city of 800,000 inhabitants, structured around the machine tools factory Rostselmash which then employed 22,000 workers (nowadays barely half of that!).

It was a Soviet city like any other, in what was in 1974 the second largest economy in the world, with a GDP of $ 1500 billion, higher than in Japan, France, the United Kingdom, 10% of global GDP, and half of the GDP of the United States.

What did it mean to live in a non-capitalist society, the USSR?

1. - It meant  democracy at the factory. The workers decided about the organization of work.  This goes against the dominant ideology, but actually, the workers in the USSR worked at their own pace but conscientuously. Nothing was imposed on them concerning the pace of work without their prior agreement, without debate, without the help of mechanization. As many of them recall it, they ended the day with "little or no fatigue." This was heresy at the time of triumphant Taylorism-Fordism in France, which was criticized in the May 1968 events!

2 - It meant retirement at age 60, and a day of rest on Sunday.  It meant  two historical conquests now breaking down in France. Workers retiring at age 60 for men, 55 for women, or even earlier, for strenuous jobs. The workweek of 41 hours (it was 40 hours in France in 1974) was also the rule, to guarantee rest on Sunday as well as the famous 8-hour day, a historic attainment of the labor movement.

3 - It meant culture for all, the democratization of knowledge:  Imagine our surprise to find that the workers at the plant read, read a lot: from the verse of Heinrich Heine, and Balzac's novels, and verse and prose of Victor Hugo. How many French workers in France today read literary works of this quality? Libraries, cultural centers, study centers were present in every neighborhood, every factory. On Sunday, they were filled with workers relaxing, like young children, thirsty for reading more than for television.

4 - It meant lower rents, rents which did not impede life.  In 1974 housing was no longer a problem in the USSR. As in France in the 1950s, 1960s, housing  had been an urgent question. It was decided to build large complexes of apartment buildings which addressed, as best they could, this emergency.  Result: The relative weight of rent in the salary of a worker in the USSR amounted to, on average, 5%. In Paris now, for us, it is between 20% and 50% in general!

5 - They were loans at zero percent interest. In the 1970s, the Soviets had wide access to household appliances, their color TV, their cars, their houses. The difference here is the financing. No greedy banks, the state as guarantor whose loans were at a zero percent rate of interest, a payment schedule.

6 – Instruction was available to all, with priority to all-round education. This was not only high-quality education from kindergarten to college level, which produced illustrious scientists. It was a people’s education, reflecting the social welfare.

For example, the early childhood /motherhood bond was ensured in the same structures ("educational combines") without the breaks of framework that people know today (this is a very recent thinking in France!) which can be traumatic for the child.  Another example, evening classes set up for workers who want to learn, to get skills training. They were widespread in every factory, with a credential of national value. What a surprise for us here, when they have destroyed our occupational training!

7 - It meant real gender equality, defending women's activity in society. Even today, gender equality is a battle in France. In the USSR, gender equality was a reality , first in the salary. And in specific rights, we often forget that the Soviet Union was the first country to give the right to abortion! This genuine equality, was lived, not only in the laws, but in reality. Men actually helped women in their household tasks, as women were also involved in the production process.

8 - It meant the care for small children, and the possibility of being both a mother and a working woman. For a woman to be active, there must be time and energy for her to devote to activity. The Soviet state guaranteed it especially for young women who got maternity leave longer  than what was in force in France at the time, and access to affordable nurseries open 24 hours, 7 days a week, with no waiting list.  Still, what a contrast with France, where waiting lists are becoming an urgent problem (especially in Paris), where privatization has become synonymous with outrageous costs, where maternity leave as a fundamental right is questioned.

9 - It meant the complete satisfaction of material goods. Still another piece of the dominant ideology: in 1974 people said that the USSR was the second largest economy in the world. Like any country, it had its contradictions. However, stakeholders lived in assured material comfort, at least in the satisfaction of all basic needs: food, clothing, appliances, shelter. From the 1960s there starts the great turning to meeting cultural aspirations, centered on culture, art, education, and recreation in the broad sense. In Rostov, workers had access to courses in classical dance, to theater performances, to chess clubs, scientific conferences national and even international level. Not only would they go to them in huge numbers but they participated as amateurs and fans.

10 - It meant an "economic miracle" after the destruction of 1945. People have spoken of the Japanese economic miracle, the German economic miracle, but what about the Soviet economic miracle? In a country one third of which was destroyed, which had lost 25 million human beings, in 15 years became the second power in the world and met all the needs of its population.  In the documentary, the memory of war is traumatic: the buildings razed, relatives dead, the city sacked by Nazi barbarism. The cry of "Never again!" and "No to war" was not abstract, but a reality lived in the flesh of each person.

11 - Unemployment in the USSR did not exist, there was no fear of the future. You can finish with this, but unemployment did not exist in the USSR …since 1927. Each enterprise restructuring forced the state to reclassify workers to find employment in another enterprise, or in another sector related to their skills, or even to offer them re-training.

A debate was kindled by a young Russian Communist, a young expert on the Russian world and our friend the American historian Roger Keeran, noted author of the book "Socialism Betrayed", explaining the causes of the collapse of socialism in 1991. The exchange offered a wealth of information.  Roger Keeran won over everyone with his first sentence: "I am not here to teach but to learn" (Je ne suis pas ici pour professer, mais pour apprendre). Such humility is that of an honest researcher, a true communist.

Relevant questions emerged from the new faces present, who were visibly challenged by the film.

Why did the Soviets did not resist in 1991, if they were so well off?
Few people know this but in March 1991, 65 percent of the Soviet people voted for the USSR in a referendum when Communist Party leaders already thinking of liquidating the Party and the State. Six months later, Gorbachev and Yeltsin scorned the popular will and dissolved the USSR!

But this brings us to a critical reflection. The party was identified with the state; it did not effectively play its role as organizer of the masses (including resistance), nor did it nourish the ideological debate, nor serve as an antidote to the underlying pro-capitalist ideologies. This shortcoming had cruel consequences in 1991. Faced with Communist leaders who were turncoats, who despised the popular will, the Soviet workers found themselves helpless against counter-revolution.

This does not address the question of democracy in the USSR. All the same, wasn't there was a kind of comfortable inaction, an illusion of safety without action, in the USSR?
Absolutely, but not in terms of "bourgeois democracy". There was a democratic deficit in the organization of the party and the state. It was a policy for the people, but without the people. Certainly, mass education, culture for all, the right to decide in the workplace, social laws, these are fundamental democratic elements. But the lack of democratic debate in the party and the state was evident. That encouraged passivity, even among the leaders, and the kinds of duplicity and manipulation that can be found in a Gorbachev.

What comparison can be made with life in the United States at the same time?
Roger Keeran comes from the birthplace of the American auto industry - Flint, Michigan, also known as home of Michael Moore - from a working class family, he tells us.
It's simple, an American worker had an undeniable material comfort. But he did not read, did not go to the museum, the theater, ballet. Access to culture, education was a stark poverty, especially among workers, among minorities.  Roger recalled that UNESCO had classified the USSR as #1 by far for two things: (1) the Soviets were those who read the most, and they were subscribers on average to 4 newspapers; (2) they were the ones who were most went to museums, the theater, to cultural venues.

What enabled the Soviet regime after 1917 to produce such a society?
Huge question. It should first be noted that Lenin - unlike all other politicians - kept his promises: land to the peasants, peace for workers. This, despite the opposition of Trotsky or Bukharin. Afterwards, the Soviet Union gave a high priority to education, to culture for all. In an era when Russia was economically battered, it turned Tsarist Russia, with its 80% illiteracy, into a country free of illiteracy by 1930. It  also met the basic demands of the most humble: the workers, peasants, women, national minorities. This is the social base which allowed the USSR to hold on for 70 years, to fall only by the action of leaders who had switched sides.

What happened after 1991? What do the Russians think of the Soviet era?
It was a disaster for the Russians, Ukrainians and others. Production fell by 50%, prices jumped, sometimes by a factor of 10 or 100 (such as transit fares!). We went from a Russia with zero poor to Russia counting 70 million poor! The Russians have discovered many things they did not know before: insecurity, unemployment, lack of medical coverage, commodified human relations.  Between 1991 and 2014, Russia lost several million people. The mortality rate has climbed, life expectancy has fallen. According to the British medical journal Lancet, at least 2 million Russians died as a direct result of the privatization of the Russian healthcare system. Not surprisingly, the Russians are now nostalgic for the Soviet era. Two-thirds of them regret the loss of the USSR and its socialist model based on collective ownership and central planning. In 2014 as in 1991, Russian leaders do not care about the will of the people!

The twenty youth present were delighted by this meeting of rare quality. They thanked our friend Roger for his accurate analysis, humility and availability. We promised to lead the fight here and now, for a different non-capitalist society, but not opposed to the one experienced in the USSR!

To see the documentary 'Living in Rostov': http://www.cinearchives.org/Films-447-302-0-0.html

Avec l'historien américain Roger Keeran : qu'est-ce que la vie quotidienne dans une société non-capitaliste, ici l'URSS ?

Article pour http://jeunescommunistes-paris15.over-blog.com

Ce jeudi était organisée la première soirée-cinéma de la Jeunes Communistes Paris 15ème depuis septembre. « Vivre à Rostov », un documentaire réalisé par le PCF dans les années 1970. Sans caricature, ni manichéisme, un remarquable document sur les conditions de vie des soviétiques. La JC 15 a eu la surprise et l'honneur d'accueillir l'historien Roger Keeran pour le décortiquer.

Passer un documentaire sur l'URSS datant de l'ère Brejnev, ici en France, en 2014, nostalgie, folklore ? Pas du tout ! Dans cette société capitaliste, ici à Paris on vit les loyers exorbitants, les crédits qui nous écrasent, l'éducation sacrifiée, les droits de la femme bafoués, les licenciements.

Quelle ne fut pas la surprise de la vingtaine de jeunes présents – dont un tiers qui venaient pour la première fois – de constater que toutes ces questions ne se posaient pas en URSS, que les Soviétiques, non sans contradictions, accès à une autre liberté que celle nous connaissons ici.

« Vivre à Rostov » en 1974 C'est vivre dans une ville industrielle de 800 000 habitants, structurée autour de l'usine de machines-outils Rostselmash qui emploie 22 000 ouvriers (aujourd'hui à peine la moitié!).

Une ville soviétique comme une autre, dans ce qui était en 1974 la deuxième puissance économique du monde, avec un PIB de 1 500 milliard de $, supérieur alors au Japon, à la France, au Royaume-Uni, soit 10 % du PIB mondial, la moitié du PIB des Etats-unis.

Que signifiait vivre dans une société non-capitaliste, en URSS ?
C'était la démocratie à l'usine, les ouvriers décidaient de l'organisation du travail. Cela va à l'encontre de l'idéologie dominante mais effectivement, les ouvriers en URSS travaillaient à leur rythme mais consciencieusement. Rien ne leur ait été imposé au niveau des cadences, sans accord préalable des ouvriers, sans débat, sans aide mécanisée. Comme nombre d'entre eux l'évoquent, ils sortent de la journée « peu ou pas fatigué ». Une hérésie au moment du taylorisme-fordisme triomphant en France, critiqué en mai 68 !

2 – C'était la retraite à 60 ans, le repos le dimanche. Deux conquêtes historiques qu'on est en train de briser en France. Les travailleurs prenaient leur retraite à 60 ans pour les hommes, 55 ans pour les femmes, voire avant pour les métiers pénibles. La semaine de travail de 41 h (on était au 40 h en France en 1974) était aussi la règle, permettant de garantir le repos le dimanche ainsi que la fameuse journée de 8 h, revendication historique du mouvement ouvrier.

3 – C'était la culture pour tous, la démocratisation du savoir. Quelle ne fut pas notre surprise de constater que les ouvriers à l'usine lisaient, lisaient beaucoup : des vers de Heinrich Heine, les romans de Balzac, les vers et la prose de Victor Hugo. Combien d'ouvriers français lisent des œuvres de ce niveau littéraire, aujourd'hui en France ? Les bibliothèques, centres culturels, centres d'étude étaient présents dans chaque quartier, chaque usine. Le dimanche, ils étaient remplis de travailleurs en repos comme de jeunes enfants, assoiffés de lecture plus que de télévision.

4 – C'étaient des loyers modiques, qui n'empêchaient pas de vivre. Le logement n'était plus un problème en URSS en 1974. Comme en France dans les années 50, 60, c'était une question urgente, il y fut décidé de construire de grands ensembles, des immeubles collectifs qui répondirent, tant bien que mal, à cette urgence.  Résultat : la moyenne du poids du loyer dans le salaire d'un travailleur en URSS s'élevait à 5 %. A Paris, actuellement pour nous, c'est entre 20 et 50 % en général !

5 – C'étaient des crédits à taux 0. Dans les années 1970, les Soviétiques eurent accès largement à leur matériel ménager, leur télé couleur, leur voiture, leurs maisons de campagne. La différence avec ici, c'est le crédit. Pas de banques rapaces, un Etat garant, donc des crédits à … taux 0, un échelonnement des paiements.

6 – C'était l'étude à disposition de tous, la priorité à l'éducation. Ce n'est pas seulement une éducation de grande qualité, de la maternelle au supérieur, qui a produit d'illustres scientifiques. C'est une éducation populaire, réfléchissant au bien-être collectif.  A titre d'exemple, le lien petite enfance/maternelle assuré dans les mêmes structures (des « combinats éducatifs »), sans ces ruptures de cadre dont on sait aujourd'hui (c'est une réflexion très récente en France!) qu'elle peut être tramautisante pour l'enfant.  Autre exemple, les cours du soir aménagés pour les ouvriers qui désirent s'instruire, obtenir une formation qualifiante. Ils étaient généralisés dans chaque usine, avec une qualification à valeur nationale. Quel étonnement pour nous ici, quand on détruit notre formation professionnelle !

7. C'était l'égalité réelle homme-femme, l'action des femmes dans la société défendue. Aujourd'hui encore, l'égalité homme-femme est un combat en France. En URSS, l'égalité homme-femme était une réalité d'abord dans le salaire. Et dans les droits concrets, on oublie souvent que l'URSS est le premier pays à avoir accordé le droit à l'avortement!  Cette égalité-réelle, elle se vivait pas seulement dans les textes de loi, mais dans la réalité. Les hommes aidaient concrètement les femmes dans leurs taches domestiques, tout comme les femmes participaient également au processus de production.

8 – C'était les soins pour la petite-enfance, la possibilité d'être mère et femme active. Pour que la femme soit active, il faut qu'elle est du temps et de l'énergie à consacrer à l'action. L'Etat soviétique le garantissait notamment pour les jeunes femmes, qui obtenait un congé maternité à l'époque supérieur à celui en vigueur en France, ainsi qu'un accès à prix modique à des crèches ouvertes 24 h sur 24, 7 jours sur 7, sans liste d'attente.  Quel contraste encore avec la France, où les listes d'attente deviennent un problème urgent (surtout à Paris), où la privatisation devient de synonyme de frais indécents, où le congé maternité vient d'être remis en cause en tant que droit fondamental.

9 – C'était la satisfaction des biens matériels achevée. Encore un coin dans l'idéologie dominante. On l'a dit, l'URSS était en 1974 la deuxième puissance économique du monde. Comme tout pays, il avait ses contradictions. Néanmoins, les intervenants vivent dans un confort matériel certain, au moins dans la satisfaction de tous les besoins de base : alimentation, habillement, appareils ménagers, logement. Ils entament dès les années 1960 le grand tournant vers les aspirations culturelles centrées sur la culture, l'art, l'éducation, les loisirs au sens large.  A Rostov, les travailleurs avaient accès à des cours de danse classique, à des représentations de théâtre, à des clubs d'échecs, à des conférences scientifiques de niveau national voire international. Non seulement ils allaient les voir en masse, mais ils y participaient comme amateurs et passionnés.

10 – C'était un « miracle économique » après la destruction de 1945. On a parlé du miracle économique japonais, allemand, mais quid de celui soviétique ? Dans un pays détruit pour un tiers, qui avait perdu 25 millions d'êtres humains, on arrive en 15 ans à devenir la deuxième puissance du monde, à répondre à tous les besoins de leur population. Dans le documentaire, le souvenir de la guerre reste traumatisant : les bâtiments rasés, les proches morts, la ville saccagée par la barbarie nazie. Le cri de « Plus jamais ça ! », « Non à la guerre » n'était pas un cri abstrait mais une réalité vécue dans la chair de chacun.

11 – Le chômage n'existait pas en URSS, l'absence de peur du lendemain. On peut finir là-dessus, mais le chômage n'existait plus en URSS … depuis 1927. Chaque restructuration forçait l'Etat à reclasser les travailleurs, à leur trouver un emploi dans une autre entreprise, un autre secteur, lié à leur qualification, quitte à leur proposer une formation.

Le débat alimenté par une jeune communiste russe, un jeune spécialiste du monde russe et notre ami l'historien américain Roger Keeran – auteur notamment du livre « Le socialisme trahi », expliquant les causes de l'effondrement du socialisme en 1991 – a été d'une grande richesse. Roger Keeran a conquis tout le monde dès sa première phrase: « I am not here to teach but to learn »  Cette humilité est celle d'un chercheur honnête, d'un communiste authentique.

Des questions fort pertinentes ont émergé de nouvelles têtes, visiblement interpellées par le film.

Pourquoi les Soviétiques n'ont pas résisté en 1991, si ils étaient si bien ?
Peu de gens le savent mais en mars 1991 le peuple soviétique votait pour l'URSS à 65 % lors d'un référendum où les dirigeants du Parti communiste pensaient déjà à liquider le Parti et l'Etat. Six mois après, les Gorbatchev et Eltsine bafoueront la volonté populaire et dissoudront l'URSS !
Mais cela nous emmène à une réflexion critique. Le Parti, identifié à l'Etat, ne jouait pas efficacement son rôle d'organisateur des masses (y compris dans la résistance), d'alimentation du débat idéologique, d'anti-dote aux idéologies pro-capitalistes sous-jacentes.
Ce manque a été cruel en 1991. Face à des dirigeants censés être communistes qui avaient retourné leurs vestes, qui méprisaient la volonté populaire, les travailleurs soviétiques se sont retrouvés désarmés face à la contre-révolution.

Cela ne pose pas la question de la démocratie en URSS tout de même, il y a une sorte de passivité confortable, d'illusion de sécurité sans action, en URSS, non ?
Absolument, mais pas en termes de « démocratie bourgeoise ». Il y avait une carence démocratique dans l'organisation du parti et de l'Etat. On faisait une politique pour le peuple, mais sans le peuple.

Certes, l'éducation de masse, la culture pour tous, le droit de décider sur le lieu de travail, les lois sociales, ce sont des éléments démocratiques fondamentaux. Mais l'absence de débat démocratique dans le parti et l'Etat était patente. Elle encourageait la passivité, voire chez les dirigeants des formes de duplicité, de manipulation qu'on retrouvera chez un Gorbatchev.

Quelle comparaison peut-on faire avec la vie aux Etats-unis au même moment ?
Roger Keeran qui vient du berceau de l'industrie automobile américaine – Flint, Michigan connu aussi pour être le lieu d'origine de Michael Moore –, d'une famille ouvrière, nous raconte.  C'est simple, un ouvrier américain avait un confort matériel indéniable. Mais il ne lisait pas, n'allait pas au musée, au théâtre, au ballet. Son accès à la culture, à l'éducation était d'une pauvreté désolante, surtout dans les milieux ouvriers, chez les minorités.
Roger rappelait que l'UNESCO avait classé l'URSS numéro 1, et de très loin pour deux choses : (1) les Soviétiques étaient ceux qui lisaient le plus, et ils étaient abonnés en moyenne à 4 journaux ; (2) ils étaient ceux qui allaient le plus au musée, au théâtre, dans des lieux culturels.

Qu'a fait le pouvoir soviétique après 1917, pour produire une telle société ?
Vaste question. Il faut d'abord rappeler que Lénine – contrairement à tous les autres politiciens – a tenu ses promesses : la terre aux paysans, la paix pour les travailleurs. Ce malgré l'opposition de Trotsky ou Boukharine. Ensuite, il a donné une priorité absolue à l'éducation, la culture pour tous. Dans une période où la Russie était exsangue économiquement, il a fait de la Russie tsariste avec ses 80 % d'analphabètes, un pays libéré de l'analphabétisme dès les années 1930.
Il a aussi répondu aux revendications de base des plus humbles : les ouvriers, les paysans, les femmes, les minorités nationales. Telle est la base sociale qui a permis à l'URSS de tenir pendant 70 ans, de ne tomber que par l'action de dirigeants qui avaient tourné casaque.

Que s'est-il passé après 1991 ? Que pensent les Russes de l'époque soviétique ?
Ce fut une catastrophe pour les Russes, Ukrainiens et autres. La production a chuté de 50 %, les prix ont bondi, étant multiplié parfois par 10 ou 100 (comme les tickets de transport!). On est passé d'une Russie avec 0 pauvre à une Russie comptant 70 millions de pauvres !  Les Russes ont découvert beaucoup de choses qu'ils ne connaissaient pas avant : l'insécurité, le chômage, l'absence de couverture médicale, les relations humaines marchandisées.  Entre 1991 et 2014, la Russie a perdu plusieurs millions d'habitants. Le taux de mortalité a grimpé, l'espérance de vie a chuté. Selon la revue médicale britannique Lancet, au moins 2 millions de Russes sont morts directement à cause de la privatisation du système de santé russe.  Sans surprise, les Russes sont aujourd'hui nostalgiques de l'ère soviétique. Les deux-tiers regrettent l'URSS et son modèle socialiste basé sur la propriété collective et la planification centrale. En 2014 comme en 1991, les dirigeants russes n'ont que faire de la volonté du peuple !


La vingtaine de jeunes présents ont été ravis par cette rencontre d'une qualité rare. Ils ont remercié notre ami Roger pour son analyse juste, son humilité et sa disponibilité. On s'est promis de mener la lutte ici et maintenant, pour une société non-capitaliste, différente mais pas opposée à celle qu'on a connu en URSS !

Pour voir le documentaire 'Vivre à Rostov' : http://www.cinearchives.org/Films-447-302-0-0.html



Joomla SEF URLs by Artio

Google Translator


WFTU Poster Contest Winner

WFTU Poster 1st Prize